Zone culturelle de la Gaspésie
Actualités  Communiqués et nouvelles des membres

Les organismes de la Société civile en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine : Mobilisés et actifs plus que jamais pour un développement régional!

Dès demain, la Conférence régionale des élus Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CRÉGÎM) disparaîtra officiellement. Ce moment marquera la fin d'une longue tradition de concertation et d'appui consacré au développement régional intégré datant de 1970, année de création des conseils régionaux de développement (CRD).

Avec sa mission de mobiliser, soutenir et développer, la CRÉGÎM opérait avec un budget de près de 4,3 millions de dollars, contribuant entre autres à plus de 40 organismes ou groupes de concertation. Plusieurs ententes spécifiques conclues avec différents ministères et organismes (économie sociale, exclusion sociale et lutte à la pauvreté, innovation, tourisme, culture, développement régional, faune et forêt, etc.) s'ajoutaient amenant des investissements supplémentaires annuels d'environ 15 millions.

Les organismes de la Société civile souhaitent marquer ce moment afin de réitérer leur volonté de soutenir les élus et les acteurs gouvernementaux dans le redéploiement des efforts pour un développement régional intégré et inclusif. « Il faut saluer la création d'une Gouvernance régionale qui inclut un membre de la Société civile ainsi que 
l'ouverture des élus à déployer des actions pour le développement de la région. Il y a urgence en la demeure, car après plus d'un an et demi de discussions, plusieurs dossiers urgents requièrent une action à la hauteur des aspirations et des besoins des Gaspésiens et Madelinots », insiste un des porte-paroles des organismes, Pierre Michaud, président du Conseil de la culture de la Gaspésie. La région a vu disparaître certains organismes, en plus d'en voir d'autres perdre leur capacité d'action. Ceux qui demeurent, et qui ont principalement une portée supralocale et régionale, doivent pouvoir être reconnus dans leur mission et soutenus adéquatement afin de répondre aux besoins de la population. Considérant que les MRC ont aussi subi des compressions majeures et sont maintenant responsables du développement régional, la Société civile croit plus que jamais, à l'importance de s'associer à la Table des préfets, aux MRC et aux plus grandes villes. Ce regroupement des forces permettra, aux Gaspésiens et Madelinots, de redonner une voix crédible à la région tout en créant un climat propice aux développements économique, culturel et social qui réponde véritablement aux besoins de la population.

Dans le but de formaliser le réseautage et de favoriser l'émergence d'une vision et d'actions à portée régionale, les représentants et acteurs de la Société civile se rencontreront le jeudi 28 avril 2016. « Les représentants des organismes ont exprimé la volonté d'avoir une instance de gouvernance régionale représentative et de participer à la bâtir en mettant à profit leur expertise. Nous avons bon nombre d'experts dans nos organismes qui peuvent et souhaitent contribuer beaucoup plus qu'en ce moment avec les élus », indique Marc Tétreault, directeur régional de la Fédération de l'UPA Gaspésie-Les Îles et représentant de la Société civile à la Table des préfets élargie. Monsieur Tétreault ajoute que cette rencontre est la suite de celle tenue le 8 septembre dernier à Gaspé. Ce moment permettra à la Société civile de définir ses assises et de mieux structurer son arrimage avec la Table des préfets, entre autres en nommant officiellement une personne la représentant.

Rappelons qu'une trentaine d'organismes régionaux, locaux et supralocaux de la Société civile, en collaboration avec le mouvement citoyen Touche pas à ma région Gaspésie, participent à cette démarche pour un développement régional concerté depuis plus d'un an.


 

Share
Emploi Québec Conférence régionale des élus Culture et communications Québec
Conseil de la culture de la Gaspésie Conseil de la culture de la Gaspésie Zone culturelle de la Gaspésie