L'énergie créative

Petit Pabos, 15 octobre 2017

Par Linda Remon

 

 

J’habite à Petit Pabos

                               Mon voisin Alphonse dirait AU P’tit Pabos

Je marche dans ma rue nommée du Bord-de-L’eau

Avant ça ne s’appelait pas, ça s’appelait rien

                                                               ou plutôt la route 6, le grand chemin

                                                                                              si vague

Veux-tu que je t’explique ?

Avant…  Il n’y avait pas de numéro

J’habitais P’tit Pabos à côté de chez Alphonse

                                                                               passé les Lafontaine ou bien

                               à côté de chez Blandine presqu’en face de chez Émile…

Dans ma rue, il y avait aussi des Sutton l’autre bord de la track

                               et des Joncas et des Morris en bas de la côte à Messie

Ce fut long avant que je sache pourquoi ça s’appelait la côte à Messie

Avant…  Ma grand-mère Mariange disait

                               la meson à Messie Bourget en bas de la côte

Elle disait… le terrain du Bom’ Fahey pour Bonhomme Fahey

Elle parlait aussi de la bonne femme Soulange

                                               dont je viens d’apprendre l’apparentée d’avec moi

Il y avait des Couture des Boudreault des Blanchette

                               des Berger descendus de la colonie

                                               dont ceux au ras su Freddy Lapointe

                               les McNeil qui avait la malle  et les Legouffe

                                                                                              en haut de la côte à Messie

Avant… avant…  C’était la fin Est de la Seigneurie de Pabos

                               qui allait du ruisseau Costigan, la Petite-Rivière

                                                                                                                                              jusqu’à Newport

Avant…  À P’tit Pabos, il y avait aussi

                               des rins de pêche pour nommer les cabanes

                                               pour les pêcheries

                                                               qui n’existent plus

J’ai vu ces cabanes sur un document de 1874

                elles étaient dessinées au plomb dans un grand cahier de cadastres

Je ne sais pas d’où vient ce mot ni comment l’écrire

                                                                                                              rins de pêche, rins

                                               inventé par le temps et les pêcheurs sans doute !

C’est peut-être un mot anglais. Il faudra que je vérifie

Avant… On allait au Ti-Ruisseau à côté du port de pêche

                pour faire des gâteaux de sable

                                               oui oui des gâteaux

                                                                               on était des petites filles

On allait en haut du champ

                                               quand on allait aux petites fraises

On allait au plain prononcez plein

                                               quand on allait sur le bord de la mer

Puis, au bout de notre rue,

                                               faut tout de même en parler

                                                                                              il y a le Banc !!

                Non non pas un banc de parc sur lequel on s’assoit

                                                                                                                              et on s’embrasse

                               mais plutôt un barachois appelé le Banc

                                                                               Le Banc de Pabos !

Le vrai Petit Pabos c’est une petite baie où se jette une rivière

J’aimerais tant te montrer des photos

                                                               c’est si étonnamment beau

Je viens de lire que la rivière Petit Pabos descend 55 kilomètres sinueux                            depuis sa source à 450 mètres d’altitude

                                               dans les montagnes qu’on ne voit même pas d’ici

                et que son eau est étonnamment cristalline et limpide

Bref, la rivière aboutit à la Baie du Petit Pabos

                                               qui elle-même se jette à la mer dans le golfe

Tu me suis ? Rivière baie route track plage et mer

                                                                                              presque tous parallèles

Nature simple, organisée, belle

Quand on allait marcher su’l’ Banc ça voulait dire

                marcher sur la plage jusqu’au pont au bout du Banc

Mais ça ne passe plus. La mer trop haute a mangé la plage.

Oui on a eu des grosses tempêtes depuis 2010 par ici

C’est dans le bout de chez Félix passé chez Roseline

                               que la track a été la plus amochée

                                               tordus les rails, vide sous les travers… vide…

Arrivée en 1966, comme les marées j’en suis partie

                                                               puis revenue et repartie et revenue

On est en 2017

Le ti-ruisseau coule encore. Il devient sec l’été

                               À la tempête du dernier printemps

                                               il a débordé dans le chemin… C’est bin pour dire !!!

Le train ne passe plus mais la track est toujours là

                               pleine d’abondantes et magnifiques fleurs sauvages

Oeuvre d’art fleurie ou trottoir sécuritaire ?

Avant… Ils ont acheté un jour notre champ de fraises

                                                               pour faire un champ d’avion

Le petit port de pêche n’existe plus

                               transformé en site à pique-nique

                où il vente toujours trop pour apprécier la moindre salade

Ce lieu si important devenu si anonyme

                                où les garçons couraient les filles

                                               avec des petits crabes volés au fond des barges

                 ne sert qu’aux voitures

                               qui viennent deux par deux trafiquer des baisers

                ou autres substances et repartent à toute vitesse

                                                                                                                                              la nuit

Plus d’enfants plus de bateaux plus de pêcheurs comme avant…

                               sauf en juin sur la mer drette en face de ma maison

                pêcheurs venus d’autres ports

                               qui jacassent avec les goélands les matins sans vent

Heureusement il reste l’odeur maritime réconfortante

                               et les nuances de couleur de la mer

                                                                                              pour connaisseurs seulement

J’ai cherché un écriteau confirmant mon Petit Pabos

                (au fait, Pabos veut dire « eau tranquille » pour parler de la baie)

                                                               j’ai cherché

Au bureau de poste ils m’ont dit que j’habitais maintenant

                                                               Grande-Rivière Ouest

Moi, j’aime bien habiter toujours à Petit Pabos

                               Mon voisin Alphonse dirait AU P’tit Pabos

Je marche dans ma rue nommée du Bord-de-L’eau

                Avant ça ne s’appelait pas, avant, ça s’appelait rien

                               Entre nous, c’est maintenant le vieux ch’min

Aujourd’hui, il y a toujours Alphonse 96 ans, son fils, deuxième voisin

                                               les Sutton l’autre bord d’la track et

                                                               quelques étrangers renouvelés régulièrement

                dans les vieilles maisons restées en place

Quelques maisons seraient tombées à la mer si non déménagées

Les soeurs Lafontaine étaient fort troublées de voir leur terrain disparu                                             quand elles sont passées l’été dernier… Quel choc !

                Enfance noyée… vie désagrégée… naufrage de souvenirs

Leur désarroi se mêlait à la joie de se revoir…

                                                                                              Confusion d’émotions

Elles habitaient là où le trou a commencé à gruger l’asphalte l’an dernier

                                                               en autant qu’un trou puisse gruger l’asphalte…

Et moi

                dans la maison paternelle

                je reste

                               à regarder

                                               Alphonse sur son tracteur à gazon

                                               et la mer

                qui achève de manger le terrain de mon potager d’en face.